[Roman] Capitale du Sud, T1. Le Sang de la Cité, INCROYABLE

Je n’avais avec moi que ma besace, quelques pièces de cuivre, deux dagues tranchantes comme des rasoirs, un couteau et un livre mystérieux.

Je m’assis sur les marches qui menaient à la mer. Laissai la houle venir lécher mes pieds. La clameur des batailles tombait vers le port depuis la Cité. Et je savais que rien ne serait plus comme avant.

Capitale du Sud, T1. Le Sang de la Cité, Guillaume Chamanadjian, Aux Forges de Vulcain (p.382)

Ok, on arrête tout et on lit ceci, vraiment.

Capitale du Sud, T1. Le Sang de la Cité

Par Guillaume Chamanadjian

Édité aux Forges de Vulcain (2021)

Nombre de pages : 394

Couverture par Elena Vieillard

Résumé

Enfermée derrière deux murailles immenses, la Cité est une mégalopole surpeuplée, constituée de multiples duchés. Commis d’épicerie sur le port, Nox est lié depuis son enfance à la maison de la Caouane, la tortue de mer. Il partage son temps entre livraisons de vins prestigieux et sessions de poésie avec ses amis. Suite à un coup d’éclat, il hérite d’un livre de poésie qui raconte l’origine de la Cité. Très vite, Nox se rend compte que le texte fait écho à sa propre histoire. Malgré lui, il se retrouve emporté dans des enjeux politiques qui le dépassent, et confronté à la part sombre de sa ville, une cité-miroir peuplée de monstres.

Mon avis

Par quoi commencer ? Je suis émerveillée, ébahie, j’ai été transportée, effrayée, bluffée… Pfiou !

→ J’ai adoré Nox, notre personnage principal. Il est très réaliste, très bien construit et défini, ses tourments sont prenants, ses choix compréhensibles, et ses victoires et échecs véritablement impactants. C’est un personnage incroyable à suivre et à découvrir, et assurément l’un de mes personnages littéraires favoris. Et puis il y a tous les autres : Symètre, son grand ami, sensible et généreux ; la douce Guenaillie ; la mystérieuse Daphné (je n’ai toujours pas réussi à la placer du côté du bien ou de la malveillance…) ; le duc Servaint, indéfinissable lui aussi ; et puis Tyssant, maître à danser à la stratégie de combat imparable.

De mon côté, j’ironisais en me disant qu’entre le chant de la cité et la danse des poignards, j’allais devenir un artiste complet.

Capitale du Sud, T1. Le Sang de la Cité, Guillaume Chamanadjian, Aux Forges de Vulcain (p.300)

→ Mais en plus des personnages, il y a cet univers absolument dingue, tellement réaliste que je me suis vue me balader sous les arches du port de la Cité, j’ai cru sentir les effluves tantôt végétales tantôt malodorantes entre les ruelles, je me suis laissée emportée par le chant de la cité dans les paroles des passants, dans le bruissement des étoffes et des marchands, mais aussi dans le calme sinistre qui survient parfois…

→ Et ce n’est pas tout : c’est un scénario très bien construit qui mène tout ce petit monde avec une clarté et un suspens déconcertants. Des intrigues politiques à la Game of Thrones (je ne compare pas souvent, mais là ça me semblait évident), une créativité sans bornes en termes de rebondissements et de mystères, et puis tout cette étrange ambiance qui naît de la part sombre de la Cité, entre brume et monstres…

« Tu as vu ce que ton Duc a fait de cet endroit, gronda-t-elle. Un cimetière. La Cité pleure ses morts.

— C’est faux, dis-je avec gravité. La Cité ne pleure pas. Elle continue de chanter, comme toujours. Les morts ne l’émeuvent pas.

Capitale du Sud, T1. Le Sang de la Cité, Guillaume Chamanadjian, Aux Forges de Vulcain (p.276)

→ TOUT CECI ne pourrait être aussi parfait si ce n’était pas transporté par la plume très immersive et fluide de Guillaume Chamanadjian, une écriture à la fois travaillée et simple, il a les bons mots, le bon rythme quand il faut (en tant qu’éditrice, je me rends compte désormais de l’importance que l’on peut jouer dans le rythme et l’écriture d’un auteur, je félicite donc également la maison d’édition pour leur travail), en bref, il a tout bon.

Je ne pensais pas réussir à trouver les bons mots pour vous communiquer mon engouement pour ce premier tome, mais je pense finalement avoir été assez juste. Et encore, je me suis retenue, parce que…

QUEL RÉCIT !

Ce tome est le premier de la trilogie Capitale du Sud, et il y aura une seconde trilogie en parallèle, écrite par Claire Duvivier (l’autrice de Un long voyage, chez le même éditeur) et qui sera intitulée Capitale du Nord. Les deux trilogies se complèteront, bien qu’elles pourront se lire séparément, et sortiront de façon alternée. Nous avons déjà la couverture du premier tome de Capitale du Nord, qui sort le 1er octobre :

Vous pouvez aussi trouver les chroniques de Elbakin.net, Sometimes A Book, Au pays des Caves Troll, La Bibliothèque d’Aelinel, La page qui marque, Le nocher des livres, Garoupe.

Allez, j’attends vos retours.

2 réflexions sur “[Roman] Capitale du Sud, T1. Le Sang de la Cité, INCROYABLE

  1. Ping : Le sang de la Cité – Capitale du Sud (T.1) de Guillaume Chamanadjian | La Bibliothèque d'Aelinel

  2. Ping : Le Sang de la cité [Capitale du Sud. 1], Guillaume CHAMANADJIAN – Le nocher des livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s